Vagabond des mers du globe.

A Coruña, une escale salutaire.

La tour de controle de A Coruna.

27 Décembre 2016, 430 milles parcourus depuis Bordeaux, A Coruña était notre quatrième escale et nous, autant Clément, le mousse, que le capitaine, pouvions la qualifier sans rougir de salutaire. Outre les réparations, car la bôme était en deux morceaux, nous devions nous reposer. L’accueil prévu d’un autre membre d’équipage en pleine forme permettrait de rafraîchir les troupes, nous n’allions pas nous laisser faire par le cap Finisterre; même si il était trop tard pour espérer rejoindre Lisbonne avant 2017, je ne désespérais toujours pas de rejoindre les îles Canaries avant la fin du mois Janvier.

L’espoir fait vivre; mais ma première avarie sérieuse me préoccupait, et le moral se retrouvait à nouveau en berne.

La bôme en deux morceaux et ses nids trouvés à l’intérieur.

De plus, j’avais pris froid lors de notre dernière navigation houleuse et malgré le soleil particulièrement vif et la joie de vivre ambiante des espagnols de Galice, je n’avais que timidement le courage de sortir du bateau et de prendre en main les chantiers que j’avais à mener à bien si nous voulions repartir rapidement.

Un schéma envoyé à Joël.

Joël qui allait bientôt nous rejoindre, m’envoyait des mails. Il rentrait en contact avec les fabricants d’espars qu’il connaissait; faire des devis, demander conseil. De mon coté je glanais des informations sur le net car je me doutais que mon budget ne me permettrait pas d’investir dans une bôme neuve. Grace au vélo rouge j’ai pu traverser la ville plusieurs fois pour voir s’il n’y avait pas moyen de trouver quelque chose d’occasion ou un morceau de profilé pour manchonner, sans résultat.

Comme un phare dans la nuit, comme une femme nue, seule, au milieu d’une prairie, j’eu une apparition divine..

 

A Coruña.

La ville s’est révélée pleine de ressources. Ce port industriel est assez dynamique avec, à ce qu’on nous à dit, pas mal de plagistes en été et pas mal d’étudiants. En hiver c’est peu touristique mais très animés tous les soirs – sauf le lundi. Le budget étant redirigé en priorité sur les réparations, notre taux d’alcoolémie moyen par 24h avait baissé de moitié. Néanmoins on aimait flâner la nuit avec Clément dans les rues du centre en face duquel se trouvait la marina.

 

Enceintes 12v maison.

 

Comme je repoussait sans cesse la réparation de la bôme, j’en profitait pour avancer le circuit électrique du bateau et finir quelques projets que je n’avais pas eu le temps de finir avant mon départ. Ce coin d’Espagne semble être organisée comme la France il y a un dizaine d’années du point de vue des petits commerces. Il y a en centre ville pléthore de « tiendas » spécialisées et familiale avec un comptoir et des employés qui vous servent. Ici les boulons, là les outils, plus loin les habits de travail. Je trouve un magasin d’électronique comme il y en avait quand j’étais ado au centre ville de Bordeaux – depuis que ça a fermé je fais tout par internet – et y trouve mon bonheur à un tarif séduisant.

Fin de soirée dans le local machine de la marina.

Repas de fête, la citrouille de «Francis» qui a voyagée avec nous.

On passe de 2016 à 2017, mais Clém fait la fête sans moi. On avait commencé à se motiver bien trop tôt dans la soirée. La promenade dans les rues à 22h avec toutes les boutiques et les bars fermés m’avait achevé, les rues n’avaient jamais été désertes à ce point. On à découvert ensuite qu’il fallait attendre 1h du matin pour que les autochtones sortent de leur coquille, comme notera Clément le lendemain, sur leur 31.

Robin le capitaine, au centre; sa copine et le mousse Charly en train d’amarrer Crystal.

On rencontre des amis qui bouclent leur tour de la péninsule ibérique. Robin ramène son bateau depuis la méditerranée vers l’atlantique comme je l’avais fait il y a quatre ans. Ils se lanceront plein nord dans le golfe de Gascogne, en ligne droite vers Concarneau, quelques jours après le nouvel an. Voici le mail que m’envoie Charly après cette traversée de 59 heures:

Bonjour Jules et Clément,
On est arrivé hier soir vers 22 h à Concarneau
Après un golfe de demoiselles, du moins pour ce qu’on nous avait prédit
[…]
Notre blog: robincrystal.blogspot
16h, on sort de bouffe, sur Crystal avec les amis de Cc,
Bon ça caillait quand même bon dur , -10 dans la nuit, dans l’œil de l’anticyclone
On était parti mine basse au moteur, mais après il y a eu beaucoup de voile,près,bon plein, parfois 2 ris, et zéro pétole, les gribs sous estiment

Voila, mais trop heureux de vous avoir croisé, on a des amis dans chaque port me disait récemment un ancien directeur d’école de voile
Merci encore aux marinheros du port de la Corogne

[…]
Charly

Vidéo de la mousse PU.

Après quelques jours passés avec les mamans puis un allé-retour à Viveiro pour faire la teuf avec nos amis Anouk et Ugo, c’est au tour de Joël de poser le pied sur la terre de Galice en ce début de Janvier. Étonné que rien n’ai été fait jusqu’alors, il motive les troupes et rapidement, le sort de ma bôme est scellé; on manchonne par l’intérieur les deux morceaux avec des tubes carrés d’aluminium d’un mètre collés au mastic MS-polymère et rivetés, puis on starifie par l’extérieur sur la fracture avec du tissu de verre et de l’époxy pour finir par un tour de garcette imbibée d’epoxy et enroulée pour l’esthétique et la protection. Joël suggéra également d’injecter la bôme avec de la mousse polyuréthane pour verrouiller, mettre en pression et à l’abri la structure intérieure. Opération rondement menée.

15 Janvier 2017, on fait les dernières machines à laver, les gars s’occupent du réassort de l’approvisionnement car on s’apprête à mettre les voiles sur Camariñas, petite bourgade qui précède le cap Finisterre et dont un amis m’a dépeint la beauté sauvage. La météo est bonne mais je décide de faire cette étape pour mettre l’équipe dans le bain progressivement, je garde une certaine appréhension des nuit interminables et glaciales à la barre du bateau qui n’a toujours pas de pilote automatique fonctionnel. Adios A Coruña!

Partager:

Next Post

Previous Post

Laisser un commentaire

© 2019 Vagabond des mers du globe.

Theme by Anders Norén