Vagabond des mers du globe.

Chapitre II – Un point précis, vers les tropiques..

Me revoila, après quelques mois d’absence, au Portugal. J’ai réussi à mettre de côté 200 000 centimes d’euros, de quoi largement voir venir en étant parcimonieux.

J’ai donc passé trois mois à bord d’un simili 4×4 doré à sillonner le Médoc avec des échantillons de pinard dans le coffre. Le retour soudain à une vie que je cherchais à éviter, loger chez mon père, se lever à heure fixe – ou plutôt tenter de..- , la vie urbaine surexcitée dans la grande ville qu’est devenue Bordeaux, tout ça m’aurait poussé vers la déprime si je n’avais pas eu le plaisir de retrouver de bons amis, de bosser dans une ambiance chaleureuse et de jouir de régulières bitures avec des grands crus. J’ai même été initié au parapente.

Puis j’ai gagné la campagne pour préparer le retour. Pour qui apprécie le silence de la mer, la campagne fait un bien fou. La mer et la campagne ont pour moi la même saveur paisible et sucrée du temps qui passe sereinement, sans autre contrainte que lui-même ou qu’une tache suprême à accomplir, manger, dormir et s’occuper de ce qui va servir à tout ça.

L’aventure n’aurais pas été complète si, 50km après le départ, ma voiture n’était pas tombée en panne sur l’autoroute, chargée à bloc.

1000km et quelques jours plus tard, grâce à la bienveillance de Francisca, je retrouve ma Vénus au mouillage, sous le soleil, exactement juste en dessous. Elle n’avais pas bougé d’un poil.

Je peut donc à nouveau continuer l’aventure, et c’est vers le sud que je me dirige avec dans la lunette du sextant Lisbonne, les Canaries, le Cap Vert, le Sénégal.. Le second chapitre des aventures du capitaine J. Vincent et sa Vénus viens de s’ouvrir.

Partager:

Next Post

Previous Post

Laisser un commentaire

© 2019 Vagabond des mers du globe.

Theme by Anders Norén